Gabriel Attal, lors de la première séance des questions au gouvernement, interroge Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Education nationale, sur la mesure dite « Devoirs Faits ».

Retrouvez ici, le script de la question et la réponse du Ministre.

M. le président. La parole est à M. Gabriel Attal, pour le groupe La République en marche.

M. Gabriel Attal. Ma question s’adresse à M. le ministre de l’éducation nationale. J’en profite pour saluer les 700 000 bacheliers qui ont reçu ce matin leurs résultats, et pour remercier leurs enseignants de leur engagement tout au long de l’année. (Applaudissements sur les bancs des groupes REM et MODEM.)

Monsieur le ministre, l’école est un lieu formidable d’innovation, de dépassement de soi, de réussites individuelles et collectives. Mais c’est aussi un lieu où se nouent des inégalités, qu’elles concernent la maîtrise des fondamentaux à l’entrée en sixième ou des 100 000 jeunes qui quittent chaque année le système scolaire sans qualification.

Les Français nous ont donné mandat pour agir, et vous avez fixé un cap et une méthode, celle de la confiance et de l’intelligence collective, parce que l’école n’a pas besoin d’une énième grande loi de refondation, mais d’initiatives innovantes, proches du terrain. C’est un travail de longue haleine qui va nous occuper collectivement et dont le Premier ministre a défini le cadre hier, à l’occasion de sa déclaration de politique générale. Toutefois, d’ores et déjà, vous avez mis l’école en mouvement.

Dès la prochaine rentrée scolaire, les classes de CP seront dédoublées dans les réseaux d’éducation prioritaire renforcés. Dès la prochaine rentrée scolaire, les classes bilangues seront rétablies et l’enseignement du grec et du latin sera renforcé dans tous les établissements. Dès la prochaine rentrée scolaire, les collectivités pourront mieux adapter l’organisation des rythmes scolaires, en lien avec l’ensemble des acteurs de leur territoire. Dès la prochaine rentrée, enfin,les collégiens bénéficieront d’un accompagnement après la classe, parce que nous savons que les devoirs sont indispensables à l’excellence de l’apprentissage et qu’en même temps ils peuvent donner lieu à des inégalités sociales, scolaires, ou à des problèmes dans la famille.

Monsieur le ministre, ma question est la suivante : comment allez-vous mettre en place le dispositif « Devoirs faits » que vous avez récemment annoncé ? Sachez, en tout cas, que l’ensemble des parlementaires de La République en marche seront à vos côtés pour soutenir votre action nécessaire. (Applaudissements sur les bancs des groupes REM et MODEM.)

M. le président. La parole est à M. le ministre de l’éducation nationale.

M. Jean-Michel Blanquerministre de l’éducation nationale. Merci, monsieur le député, d’avoir rappelé les mesures concrètes qui vont s’appliquer dès la rentrée. Elles sont importantes, et elles doivent produire leurs effets sur les élèves, leur famille et sur toute la société française.

L’une d’entre elles, vous l’avez rappelé, s’appelle « Devoirs faits ». L’expression est significative. D’abord, du fait que nous avons voulu une mesure visant à la qualité pédagogique : il faut que les élèves fassent des exercices par eux-mêmes, en dehors des heures de cours. C’est une question qui a souvent été posée dans le passé, sans réponse très claire. Deuxièmement, c’est une mesure de justice sociale : on sait bien que les devoirs à la maison peuvent accentuer les inégalités, toutes les familles n’étant pas dans la même situation à leur égard. Nous avons réussi à concilier ces deux aspects grâce à cette mesure qui consiste en un soutien scolaire à l’intérieur de l’école, à l’intérieur des collèges.

Vous l’avez dit, nous pourrons la proposer dès la rentrée prochaine dans les collèges, aux élèves volontaires et à leur famille. Nous le ferons en mobilisant d’abord, au moyen d’heures supplémentaires, les professeurs, qui superviseront le dispositif. Nous mobiliserons aussi les assistants d’éducation : c’est le début d’une réforme touchant ces agents, dont le rôle sera toujours plus important à l’avenir et qui sont le vivier de nos futurs professeurs. Nous mobiliserons également 10 000 volontaires du service civique, au titre de ma compétence sur la jeunesse et la vie associative. Enfin, nous mobiliserons bien entendu les collectivités locales et les associations, qui font déjà beaucoup en la matière et auxquelles nous ferons toujours plus appel.

Notre but est le progrès de tous les élèves, avec la qualité pédagogique et la justice sociale. (Applaudissements sur les bancs des groupes REM et MODEM et sur plusieurs bancs du groupe LC.)

mercredi 05 juillet 2017

Congrès 3 juillet 2017 article precedent Convention LREM, 8 juillet 2017 article suivant
En Marche

Dernières actualités

Annonces Service national universel

Gouvernement

Voeux de LaREM 92 à Vanves

Circonscription

ChooseFrance 2019 !

Gouvernement

Repas des Séniors de Vanves 2019

Circonscription

Déplacement Hautes-Pyrénées SNU

Gouvernement

Déplacement dans le Puy-de-Dôme

Gouvernement

Visite de ProbonoLab à Clichy-La-Garenne

Gouvernement

Déplacement à Tours avec Uniscité et responsables associatifs d’Indre-et-Loire

Gouvernement

Rencontre des agents de la DSNJ à Orléans

Gouvernement

Remise du prix « Coup de coeur » de la femme d’influence 2018

Gouvernement

Lancement du Corps européen de solidarité

Gouvernement

Invité du Talk – Le Figaro

Presse

Invité politique de FranceInfo

Presse

Remise de prix à la 20e édition du Livre d’Economie

Gouvernement

Conseil d’administration de l’Office Franco-québécois pour la jeunesse

Gouvernement

Conseil d’administration de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse

Gouvernement

Visite du 2e régiment de SMV de Brétigny-sur-Orge

Gouvernement

Invité de France 2 – Soirée spéciale Gilets jaunes

Presse

Déplacement à Tourcoing en lycée professionnel

Gouvernement

Présentation de mon Plan pour le monde associatif

Gouvernement

Invité politique France Inter

Presse

Echanges avec les Marcheurs du Benelux

Gouvernement